Forteresse Pierre et Paul

Saint-Pétersbourg

Type: 
Musées
Durée: 
2h
Heures d'ouverture: 
Ouvert de 10h a 17h. Fermé le mercredi.
Ce prix comprend: 
Entrée sans attente, Guide diplomé francophone
à partir de 35€ par personne
La forteresse fut construite en 1703, à la hâte et sous la menace, car la flotte Suédoise et l’infanterie risquaient de mener l’assaut. Son emplacement fut choisi par Pierre 1er et ce fut un bon choix : les canons des bastions de la forteresse empêchaient l’accès de la ville du côté de la grande Néva, la petite Néva et la grande Nevka. Noyau de la future capitale de la Russie, on dit que le 16 mai 1703, pendant l’inspection de l’île, Pierre le Grand découpa deux grands morceaux de terre avec l’herbe, les placa l’un sur l’autre et y mis dessus une pierre qui avait été gravée: "ici, le 16 mai 1703, commence à se construire la grande ville de Saint Pétersbourg par le tsar Pierre le Grand". A ce moment précis, un aigle apparait et pique sur le tsar. L’aigle se pose sur la pierre, le tsar le prit dans ses mains et dit "cet aigle sera mon symbole". Pierre le Grand l’appella Commandor (commandant), il vécut très longtemps.

Dès le 18 ieme siècle, la forteresse servit de prison où furent détenus des personnages connus comme les partisans de la révolte Décabriste: Dostoievski, Trotski, Gorki et de nombreux compagnons de lutte de Lénine. Mais le premier prisonnier fut Aleksei, le propre fils de Pierre le Grand, qui avait comploté contre son père.

Dressée au centre de la forteresse, c’est le monument le plus beau de cet ensemble, la cathédrale Saint Pierre et Paul. Bâtie dans un style baroque élégant, la cathédrale présente en façade un clocher se terminant par une haute flèche dorée très élancée et surmontée d’un ange portant une croix qui marque tout le paysage de Saint Pétersbourg. Elle abrite pratiquement toutes les tombes des tsars de la dynastie des Romanov, à partir de Pierre 1er. Le 17 juillet 1998, on y a également déposé les cendres du dernier tsar Nicolas II, de sa femme et de leurs cinq enfants, tous tués en 1918 par les bolchéviks.